Je me suis fait virer de mon boulot – Saison 2 – Épisode 4 et pas fin !

Job lost

Bonjour le Monde !

Série d'articles décrivant un licenciement après 2 ans de travail comme employé de la CP200 en CDI et les étapes à suivre:

J'ai reçu un premier jet de mon C4 le 23 août, lendemain de la publication de l'épisode 3 !

Malheureusement, il est incomplet. J'ai signalé cela à mon employeur qui l'a renvoyé avec mes remarques au secrétariat social (Securex) car celui-ci est payé pour faire la gestion de mon contrat belge.

Une autre raison du renvoi du document au secrétariat social est que le document a été rempli électroniquement par Securex et si mon employeur fait des ajoutes, ce sera au bic ou stylo et il sera donc possible de croire que c'est moi qui les ait faites...

Donc, cela bouge ! En attente du retour de Securex.

Du côté rendez-vous avec mon syndicat, un ami m'a envoyé un lien vers l'agenda Internet de la CAPAC où j'ai pu prendre un rendez-vous pour le ... 12 septembre ! Merci Eric !
J'ai reçu une confirmation mais rien ne dit que ce n'est pas une réponse automatique. L'agenda permet de prendre un rendez-vous toutes les 5 minutes ce qui me paraît dément... On verra...

On doit normalement faire la demande d'allocation de chômage endéans la semaine suivant le dernier jour du préavis (3 septembre dans mon cas) et donc le 12 c'est trop tard; mais je garde quand même ce rdv au cas où.

Grâce aux renseignements fournis sur le site de la CAPAC, j'ai appris qu'il fallait avoir rempli un formulaire C1 pour le jour du rendez-vous. Je le télécharge donc sur le site de l'ONEM et je découvre un formulaire de 6 pages comme seule nos administrations peuvent en concevoir et qui a l'air aussi compliqué à remplir qu'une déclaration d'impôts ! On verra ça plus tard.

Côté CSC, je vais pouvoir ré-essayer car nous sommes jeudi (un des 3 jours possibles pour appeler)... Je vous tiens au jus.

Ajout du 24 août 2023:

J'ai enfin pu contacter la CSC et parler avec une charmante dame qui a pu dénouer tout ce sac de noeuds en moins de 5 minutes !

Quand HPE m'a licencié en février 2020, je n'ai pas dû prester mon préavis de l'époque qui court jusqu'en décembre 2023 et j'ai donc reçu une indemnité de rupture représentant mon salaire jusque fin décembre 2023.

Le fait d'avoir travaillé de juin 2021 à septembre 2023 n'y change rien et je ne pourrai percevoir d'allocations de chômage qu'à partir de Janvier 2024 ce qui est assez logique.

Il reste néanmoins important que mon C4 de Atempo soit rempli correctement.

Quel bonheur d'avoir pu parler à un être humain, qui plus est compétent ! Voilà toute la peur de na pas être en ordre administrativement envolée d'un seul coup !

Heureusement donc que je n'ai pas dépensé l'argent de cette indemnité de rupture (j'ai regardé pour acheter un petit appartement à l'époque).
Ce serais quand même pas mal d'être informé de ces règles lors d'un licenciement et ainsi éviter le risque de se retrouver sans ressource si on ne retrouve pas de travail.

En clair: si vous êtes licencié et ne devez pas prester votre préavis, ne dépensez jamais votre indemnité de rupture avant votre dernier jour de préavis même si vous retravaillez entretemps !!!

Comment ça, vous n'avez rien compris ? Moi non plus mais ça dois être fait exprès !

Cela me rappelle la tombola des Frères Ennemis où le numéro 125 gagne un ouvrage intitulé "la TVA c'est simple" ... en 110 volumes !
Retrouvez-les ici: https://www.dailymotion.com/video/xayt3k

J'ai planifié un passage au bureau en France le 1er septembre où je rendrai mon PC du boulot et saluerai une dernière fois les collègues sympas (ils le sont quasi tous).

Li P'ti Fouineu vous salue bien !

PS: j'ai bien sûr annulé mon rendez-vous vidéoconférence du 12 septembre avec la CAPAC.

Mise à jour: février 24

2 commentaires

  • Jean Vanderpelen

    Hello Li P’ti Fouineu.
    Je compatis.
    C’est difficile de ne pas se faire entuber d’un côté ou l’autre, moi je me suis fais avoir sur la taxation d’une assurance contractée chez Philips 20 ans avant.
    Enfin, ça a l’air de s’arranger pour toi.

    A plus,

    Jean

    • Bonjour Jean, ravi de te lire,

      je trouve aussi qu’on se fait toujours ou très souvent avoir par manque d’information.
      Chacun est supposé connaître la loi mais à ce niveau de complexité c’est de la fumisterie et je serais curieux de savoir ce que les sociétés privées et l’état (et parastataux) « empochent » chaque année pour ce problème d’information !

      Dans mon cas, je n’ai pas été informé de ce risque ni par mon employeur, ni par le syndicat, ni même pendant mon « outplacement »….

      Pour rappel, vous pouvez retravailler pendant un long préavis non-presté (et donc pour lequel vous avez touché un indemmnité de rupture qui est votre salaire pour la durée de ce préavis) mais ce long préavis n’est pas interrompu par le fait que vous retravaillez. Si vous êtes licencié par ce nouvel employeur avant la fin du 1er préavis, vous ne recevrez aucune allocation de chômage avant la fin de celui-ci. Si vous avez dépensé votre indemnité de rupture du 1er préavis, vous vous retrouvez sans revenu à la fin du 2e et ce jusqu’à la fin du 1er !

      Dans mon cas, je me serais retrouvé sans revenus pendant 4 mois ce qui est impossible à soutenir !!!!

      Au moins j’aurai essayé de prévenir « le monde » de cette grosse problématique !

      Employeurs, syndicat et dirigeants, vous êtes censés prendre soin de vos employés, affiliés et citoyens et pas les laisser tomber dans la merde par manque d’information sous prétexte que tout le monde doit connaître la loi; avec nos lois si complexes, ce « tout le monde doit connaître la loi » est une fumisterie qui est fortement suspectée de vous convenir !

      Li P’ti Fouineu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *